Megaupload fermé par le FBI !!!! la cyberguerre à déjà commencé !

mm

MegaUpload n'est plus ! A la surprise générale, le FBI et le Département de la Justice ont opéré un vaste coup de filet sur le sites de la galaxie Mega, dont MegaUpload et MegaVideo, en saisissant 18 noms de domaine. 4 hommes clés, dont le fondateur Kim Dotcom, ont été arrêtés en Nouvelle Zélande. 3 autres font l'objet d'un mandat d'arrêt. Ils risquent jusqu'à 60 ans de prison.

Est-ce un hasard de calendrier ? Au lendemain du blackout contre la loi SOPA, le Département de la Justice américain a procédé à la fermeture inattendue du site MegaUpload.com, et mis en examen sept individus et deux sociétés accusées d'avoir "mis en oeuvre une entreprise internationale de crime organisé prétendûment responsable du piratage massif à l'échelle mondiale d'un grand nombre de types d'oeuvres protégées, à travers MegaUpload.com et d'autres sites en relation".

Selon le communiqué commun du Département de la Justice et du FBI, le réseau Mega (MegaUpload, MegaVideo...) aurait généré 175 millions de dollars de recettes et causé la perte de plus d'un demi milliard de dollars à l'industrie. La police américaine, et les forces policières de 8 pays ont saisi l'équivalent de 50 millions de dollars d'actifs, et les sites dont les serveurs étaient situés à Ashburn, Washington, aux Pays-Bas et au Canada. 18 noms de domaine ont été saisis, dont MegaVideo.com et MegaUpload.com.

Les deux sociétés mises en accusation sont MegaUpload Limited et Vestor Limited. Un grand jury a estimé le 5 janvier dernier qu'il y avait des charges suffisantes pour les poursuivres des chefs de racket, blanchiement d'argent et trois chefs de contrefaçon, en bande organisée. Outre les deux sociétés, 7 individus ont été mis en examen. Ils risquent en peines cumulées jusqu'à 60 ans de prison, dont 20 ans pour blanchiment d'argent, 20 ans pour racket et 15 ans pour les trois chefs de contrefaçon.

Le FBI et le ministère de la Justice américain estiment qu'il s'agit de l'une des plus «grandes affaires de violation des droits d'auteur jamais traitées aux Etats-Unis». En France, en novembre dernier, plus de 7,4 millions d'internautes ont visité le site Megaupload, séduits par la pratique du téléchargement dit «direct», qui tend à supplanter le «peer-to-peer».

Elle a entraîné jeudi soir la réaction du collectif de pirates informatiques Anonymous qui a attaqué le site du ministère de la Justice américain, rendu inaccessible. Elle a aussi suscité une vague de commentaires sur les réseaux sociaux.

les Anonymous se sont mis en action avec virulence pour attaquer et mettre à bas certains des sites les plus symboliques, devenus immédiatement inaccessibles :

Justice.gov

RIAA.org

MPAA.org

UniversalMusic.com

Hadopi.fr

www.fbi.gov

Il est à parier que cette liste n'est qu'un début et que les attaques durent longtemps. Ca n'est pas seulement MegaUpload et ses dirigeants qui ont été visés, mais ses centaines de millions d'utilisateurs, parmi lesquels se trouvent nombre des plus actifs dans la protection de la liberté d'expression. Sur Facebook, la page du FBI est prise d'assaut par des internautes aux cris de "Free MegaUpload" ("libérez MegaUpload"), et les actions vont se multiplier.

 

source

web; megauload

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×